View Cart
Stereo Total
_

« It’s punk, it’s rock’n’roll, it’s modern music!! »

Stereo Total is Brezel Göring’s and Françoise Cactus’ love affair. First with all things subversive and then with each other. They met in 1992 in a Berlin bakery. She was playing with the Lolitas, an all-girl French garage r’n’r band and he was more of a one-man-noise-experimental-samplin’-copyright-ignoring-band, a project he called The Sigmund Freud Experience. Together, they cooked up a mish-mash of their previous outfits, sans copyright infringement. Their first recording was music played over Françoise reading a recipe, with sexual references and double-entendre. This anthology piece is long-lost, so bid on it if it ever comes up on eBay. As albums and years went by, the duo did many collaborations with a ton of artists, including Angie Reed, Iznogood and members of Jeans Team and Der Plan. They released 7 albums since 1993: Oh Ah!, Monokini, Jukebox Alarm, My Melody, Musique Automatique, Do The Bambi and Paris <-> Berlin. They toured everywhere. And by everywhere, we mean everywhere: North and South America, Japan, Russia, Europe, Scandinavian countries, China and Turkey. Their music also travelled quite a lot, and was released through numerous labels, including Kill Rock Stars in the United States. In Fall 2009, they released an exclusive album on Dare To Care Records, filled with their greatest French songs, unreleased material and amazing Quebec covers.

Their international appeal may be explained by how Stereo Total sings in more languages then the apostle spoke tongues, but also by the universal feeling to their music: everyone finds themselves in this special brand of don’t-give-a-fuck, subversive, feminist (Françoise Cactus-style) pop music.


Françoise Cactus: singing, guitar, drum
Brezel Göring: singing, guitar, kyboards, Trautonium, electronic creations




Links
_

www.stereototal.de
www.facebook.com/StereoTotal



PHOTOS
_

CONCERTS
_

No concert announced yet

Previous Concerts

releases
_

Stereo Total - Baby Ouh!
Store

Baby Ouh! se présente avec un look glamour hystérique, un son expérimental et des paroles r’n’r: romantiques et rebelles! Pour cet album, Stereo Total ont enregistré plus de 40 titres pour en choisir 17 dont quelques reprises de leurs idoles : Brigitte Fontaine, Pedro Almodovar, plusieurs amis musiciens les ont rejoints, des véritables superstars dans le sens Warholien du terme. Dans leur album Baby Ouh! (dédié à Jacno), Stereo Total tentent de faire la musique qu’ils aimeraient entendre à la radio. Les paroles sont poétiques, anarchiques, tristes et parfois légèrement débiles, le tout accompagné par de la musique jouée sur des instruments dénichés au marché aux puces et enregistrée sur cassettes avec une attitude lo-fi, selon laquelle l’avant-dernier progrès technique est toujours compris comme le meilleur. Leur intention : échapper à ce monde d’ordinateurs et faire des choses inhabituelles avec des significations simples. Bon! On reconnaît immédiatement le son Stereo Total. Mais il y a plus de chansons d’amour que d’habitude. Même si elles sont parfois présentées glacées (« Alaska », « Larmes de Métal » …) Par contre, dans le morceau « Baby Ouh », l’attitude froide et cool fond. Sur le nouvel album, des icônes sont tour à tour vénérées et ridiculisées: Divine, Andy Warhol... Les chansons sont courtes, réduites au minimum (si on fait abstraction de ce que Stereo Total appellent la «bib-bip-musik.» )


Stereo Total - Carte postale de Montréal
Store

Le duo berlinois, reconnu autant pour ses compositions synth pop punk garage (on s’est limités à 4 adjectifs, mais on aurait pu se laisser aller encore plus) que pour ses covers inspirés qui défient les limites de l’imaginaire, fera paraître un album en français disponible partout au Canada, par l’entremise de Dare To Care Records. On y retrouvera des classiques francophones de Stéréo Total (oui, comme «Musique automatique»), mais aussi des inédits, des affaires pas trouvables et d’excellentes, mais alors là EXCELLENTES reprises de chansons québécoises, comme « Illégal » de Corbeau et « Larmes de métal » de Soupir. Y’aura même une version de « Superlady » de La bande à Benny, un groupe québécois des années 1970 que même nous autres on ne connaissait pas.