Panier d’achat
Stereo Total
_

« C’est du punk, c’est du rock’n’roll, c’est de la musique moderne! »

Stereo Total est né de l’histoire d’amour de Brezel Göring et Françoise Cactus pour les musiques subversives et aussi pour l’un et l’autre. Ils se rencontrent dans une pâtisserie de Berlin en 1992. Elle joue dans les Lolitas, un groupe-de-filles-garage-r’n’r-français, alors que lui fait plutôt dans le genre expérimental-noise-qui-échantillonne-en-ignorant-les-copyrights avec son projet appelé Sigmund Freud Experience. Ensemble, ils créent un amalgame de tout ça, version « respect des droits d’auteur ». Leur premier enregistrement est une chanson qui énumère les ingrédients d’une recette avec des références sexuelles douteuses. Il est introuvable. Donc, si vous le voyez sur eBay, gâtez-vous. Au cours des albums et des années, le duo a collaboré avec de nombreux musiciens, dont Angie Reed, Iznogood et des membres de Jeans Team et Der Plan. Ils ont fait paraître 7 albums depuis 1993: Oh Ah!, Monokini, Jukebox Alarm, My Melody, Musique Automatique, Do The Bambi et Paris <-> Berlin. Ils ont tourné partout dans le monde, mais vraiment partout: Amériques du Nord et du Sud, Japon, Russie, Europe, pays scandinaves, Chine et Turquie. Leur musique est aussi diffusée partout dans le monde, sur divers étiquettes, dont Kill Rock Stars aux États-Unis. En automne 2009, ils sortent Carte postale de Montréal chez Dare To Care Records, exclusif au Canada, qui comporte des pièces francophones de leur répertoire, en plus d’inédits et de reprises inspirées, comme « Illégal» et «Larmes de métal ».

Leur attrait international réside peut-être dans le fait que Stereo Total chante en plus de langues que les apôtres, mais aussi à l’universalité de leur musique: tout le monde se reconnaît dans cette musique pop teintée de je-m’en-foutisme, subversion et féminisme, spécial Françoise Cactus.

Françoise Cactus: chant, guitare, batterie
Brezel Göring: chant, guitare, synthétiseurs, inventions électroniques




Liens
_

www.stereototal.de
www.facebook.com/StereoTotal



PHOTOS
_

LES SPECTACLES
_

Aucun spectacle annoncé pour le moment.

Spectacles passés

albums
_

Stereo Total - Baby Ouh!
Boutique

Baby Ouh! se présente avec un look glamour hystérique, un son expérimental et des paroles r’n’r: romantiques et rebelles! Pour cet album, Stereo Total ont enregistré plus de 40 titres pour en choisir 17 dont quelques reprises de leurs idoles : Brigitte Fontaine, Pedro Almodovar, plusieurs amis musiciens les ont rejoints, des véritables superstars dans le sens Warholien du terme. Dans leur album Baby Ouh! (dédié à Jacno), Stereo Total tentent de faire la musique qu’ils aimeraient entendre à la radio. Les paroles sont poétiques, anarchiques, tristes et parfois légèrement débiles, le tout accompagné par de la musique jouée sur des instruments dénichés au marché aux puces et enregistrée sur cassettes avec une attitude lo-fi, selon laquelle l’avant-dernier progrès technique est toujours compris comme le meilleur. Leur intention : échapper à ce monde d’ordinateurs et faire des choses inhabituelles avec des significations simples. Bon! On reconnaît immédiatement le son Stereo Total. Mais il y a plus de chansons d’amour que d’habitude. Même si elles sont parfois présentées glacées (« Alaska », « Larmes de Métal » …) Par contre, dans le morceau « Baby Ouh », l’attitude froide et cool fond. Sur le nouvel album, des icônes sont tour à tour vénérées et ridiculisées: Divine, Andy Warhol... Les chansons sont courtes, réduites au minimum (si on fait abstraction de ce que Stereo Total appellent la «bib-bip-musik.» )


Stereo Total - Carte postale de Montréal
Boutique

Le duo berlinois, reconnu autant pour ses compositions synth pop punk garage (on s’est limités à 4 adjectifs, mais on aurait pu se laisser aller encore plus) que pour ses covers inspirés qui défient les limites de l’imaginaire, fera paraître un album en français disponible partout au Canada, par l’entremise de Dare To Care Records. On y retrouvera des classiques francophones de Stéréo Total (oui, comme «Musique automatique»), mais aussi des inédits, des affaires pas trouvables et d’excellentes, mais alors là EXCELLENTES reprises de chansons québécoises, comme « Illégal » de Corbeau et « Larmes de métal » de Soupir. Y’aura même une version de « Superlady » de La bande à Benny, un groupe québécois des années 1970 que même nous autres on ne connaissait pas.